Comment calculer l’extraction de votre installation

Nombreux sont les clients à nous demander conseil, et l’une des questions les plus fréquentes porte sur le choix de l’extracteur adapté à leur installation. Avec cet article, notre objectif est de vous expliquer de la façon la plus détaillée et la plus simple possible comment calculer le débit d’extraction requis pour votre installation. Nul besoin d’être ingénieur ! Il suffit de vous munir d’une calculatrice et de suivre nos instructions en vous concentrant un court instant.

extracteur cannabis

Le choix d’un bon extracteur est une étape incontournable lorsque l’on monte sa propre installation d’intérieur. À moins d’une installation professionnelle dotée d’un générateur de dioxyde de carbone (bonbonne ou brûleur), ce dernier doit provenir de l’extérieur. Le dioxyde de carbone ou CO2 est l’un des éléments indispensables à la photosynthèse. Or une récolte réussie requiert de la photosynthèse à foison !

Calculer le système d’extraction d’une armoire de culture ou autre installation d’intérieur peut se faire selon deux méthodes : la première, plus simple mais également plus approximative, considère le volume de l’espace (en m3) ; la deuxième, plus complexe, tient compte des pertes de charge au sein de l’installation : coudes, mètres de tube, connecteurs, angle de sortie, etc.

extracteur_isobox_metal

Chez Cactus Martorell, nous sommes partisans de l’autoculture : nous allons donc vous détailler la méthode simple. L’autre méthode de calcul du système d’extraction convient davantage aux serres de grandes dimensions et aux entrepôts industriels.

Nous ne cautionnons pas ce genre d’installations, trop souvent aux mains d’organisations mafieuses et qui finissent généralement par être saisies par les forces de police. Pour vous éviter des ennuis, tenez-vous-en à votre propre consommation !

Choix du type d’extracteur

En gros, il existe deux types d’extracteurs pour culture d’intérieur. Ils se distinguent par la direction du flux d’air par rapport à l’axe de rotation du moteur. Si l’air souffle dans la même direction que l’axe du moteur, on parle d’extracteur axial ou hélicoïde. Si l’air souffle perpendiculairement à l’axe du moteur, on parle d’extracteur centrifuge.

Selon la forme de leurs pales, il est possible de sous-diviser les extracteurs centrifuges en trois catégories :

  • Pales inclinées vers l’avant. En plus d’être silencieux, ils génèrent peu de pression et ont un fort débit.
  • Pales inclinées vers l’arrière. Très efficaces, génèrent beaucoup de pression.
  • Pales droites. Rendement faible, mais résistent mieux aux changements de pression.

extracteur_rvk_100-300x280

Les extracteurs axiaux sont constitués d’un moteur et de 2 à 13 pales. On parle parfois d’extracteurs hélicoïdaux en raison de la forme qu’ils confèrent au flux d’air. Les ventilateurs de ce type sont capables de brasser un gros débit d’air à faible pression.

La plupart des extracteurs pour culture intérieure de cannabis sont axiaux, comme ceux de la gamme RVK. Lorsqu’il s’agit de brasser de gros volumes d’air, le mieux est d’opter pour des extracteurs centrifuges de type HDF isobox.

Calcul de l’extraction requise

Nous l’avons vu, il est nécessaire de renouveler régulièrement l’air de votre installation pour garantir un apport régulier en CO2 à vos plantes. Pour calculer le débit d’extraction requis, la méthode empirique consiste à essayer de renouveler entièrement l’air au sein de l’armoire en deux minutes :

  1. Commencez parcalculer le volume de votre salle ou armoire de cultureen mètres cubes. Pour cela, multipliez-en les dimensions : hauteur x largeur x hauteur (en mètres). Dans le cas d’une salle de culture très haute de plafond, considérez une hauteur maximale de 2,5 mètres.
  2. Une fois le volume total calculé,multipliez cette valeur en mètres cubes par 30(afin de renouveler l’air toutes les 2 minutes, sachant qu’il y a 60 minutes dans une heure : 60 ÷ 2 = 30).
  3. Ajoutez 30 % à ce volume pour chaque coude que comportera votre installation. Il est parfois impossible d’installer le tube, l’extracteur et le filtre à charbon en ligne droite : les pertes entraînées par ces coudes sont à prendre en compte. L’idéal est de dessiner un croquis de votre salle en prévoyant l’emplacement des coudes.
  4. Choisissez un extracteur au débit immédiatement supérieur à la valeur obtenue. Retrouvez l’extracteur adapté à vos besoins sur notre boutique en ligne.

controleur_numerique_extracteurs

Cas pratique

La théorie est une chose, la pratique en est une autre. Attrapez votre calculatrice : nous allons procéder étape par étape en imaginant pour l’exemple que votre armoire est une Dark Street 120 (dimensions 120 x 120 x 185 cm). Un générateur d’ozone est installé en bout du circuit d’extraction, sans filtre à charbon actif.

  1. Avant de multiplier la longueur, la largeur et la hauteur de votre armoire, convertissez ces dimensions en mètres :

Volume = 1,2 x 1,2 x 1,85 = 2,66 mètres cubes

  1. Multipliez ce volume par 30, pour que l’air soit entièrement renouvelé toutes les deux minutes.

2,66 m3 x 30 renouvellements/heure = 80 m3/heure.

  1. Calculons à présent la perte correspondant aux coudes à 90 degrésque comporte votre installation (2 dans le cas de notre exemple). Les 30 % se calculent de façon corrélative :

Premier coude : 80 x 1,3 = 104 m3/heure

Deuxième coude : 104 x 1,3 = 135 m3/heure

  1. Et voilà ! Vous connaissez à présent le débit d’extraction nécessaire pour offrir à vos plantes tout l’air frais dont elles ont besoin lorsque les lampes sont allumées. Optez pour un extracteur au débit légèrement supérieur – comme leTT125, capable de générer220 m3 par heure.

Calcul de l’intraction requise

intracteur_tt_100-300x281

L’intracteur est un élément au moins aussi important, étant donné qu’il sert à introduire de l’air frais à l’intérieur de votre installation. La pression d’entrée de l’air aide l’extracteur à évacuer l’air vicié, pauvre en dioxyde de carbone (les plantes l’ont assimilé).

En général, il suffit d’installer un modèle de puissance inférieure à l’extracteur choisi. Dans le cas pratique ci-dessus, il s’agissait d’un extracteur TT125. L’intracteur correspondant serait le TT100, au débit de 145 m3 par heure.

La différence de débit entre l’extracteur et l’intracteur permet de provoquer ce que l’on appelle une pression négative, grâce à laquelle l’air a tendance à s’échapper par l’extracteur et non par les multiples fentes que peut comporter votre installation (tubes électriques, fenêtres mal jointées, bas de portes, etc.).

Plus le circuit d’extraction comporte de coudes et d’anglesplus le débit d’extraction doit être supérieur pour obtenir une pression négative à l’intérieur de la salle.

Une manière de maintenir une pression négative de façon constante est d’équiper votre installation d’un régulateur de vitesse et de pression négative comme le contrôleur double pression GSE. Cet appareil permet de réguler la vitesse d’intraction et d’extraction au sein d’une plantation de cannabis.

C’est tout pour aujourd’hui. Nous espérons avoir répondu à toutes vos questions, mais n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ci-dessous en cas de doute. Le bonjour de l’équipe Cactus ! À bientôt !

2 thoughts on “Comment calculer l’extraction de votre installation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo