Comment prélever des boutures de cannabis

Dans ce nouvel article, nous allons vous expliquer comment prélever des boutures de cannabis. Pour maximiser le taux d’enracinement de vos boutures et en perdre le moins possible, il suffit de faire preuve d’un peu de curiosité et de bien nettoyer votre matériel.

Le cannabis se cultive aussi bien à partir de graines que de boutures. Cultiver à partir de boutures n’est intéressant que si l’on dispose d’un pied mère intéressant, affichant des qualités supérieures à la moyenne. Pour bouturer, le plus important est de disposer d’un pied mère en parfaite santé : bien arrosé, bien nourri et traité contre les nuisibles.

Plantes mères de cannabis
Plantes mères de cannabis

Le cannabis se cultive aussi bien à partir de graines que de boutures. Cultiver à partir de boutures n’est intéressant que si l’on dispose d’un pied mère intéressant, affichant des qualités supérieures à la moyenne. Pour bouturer, le plus important est de disposer d’un pied mère en parfaite santé : bien arrosé, bien nourri et traité contre les nuisibles.

Avant de procéder au bouturage, assurez-vous que le pied mère est bien arrosé : de cette manière, les branches que vous prélèverez seront bien hydratées. Lorsqu’elles viennent d’être prélevées, les boutures n’ont pas de racines et ne peuvent pas absorber d’eau directement. C’est pourquoi il est essentiel qu’elles soient parfaitement hydratées avant la coupe. L’idéal est d’arroser le pied mère 24 heures avant le prélèvement des boutures.

Votre pied mère requiert les mêmes soins qu’une plante classique en phase de croissance végétative. Vous pouvez lui administrer n’importe quel type d’engrais de croissance, aussi bien minéral qu’organique. Les engrais comme le TNT Hesi favorisent l’apparition continue d’un grand nombre de pousses.

Boutures de cannabis

Vous pouvez également lui administrer un bon additif pour éviter qu’elle ne développe des carences ou en cas de stress, après une taille massive par exemple. Les professionnels utilisent des produits haut de gamme comme le Spray Mix d’Hy-Pro, dont les nombreux éléments permettent de prévenir l’apparition de carences. Il suffit de verser 5 ml/litre de produit dans de l’eau de qualité, et d’appliquer le mélange sur les feuilles à l’aide un vaporisateur.

Pour favoriser le bon enracinement des boutures, la plante doit être convenablement engraissée : ni trop, ni trop peu. Un surplus d’engrais nuirait à l’enracinement des boutures, il est donc recommandé de vous intéresser de près à la coloration de votre plante. Si elle est d’un vert très foncé, arrosez-la à l’eau claire durant 2 à 3 jours, jusqu’à ce qu’elle retrouve une coloration normale.

Une fois votre pied mère bien arrosé et bien nourri, le moment est venu de le traiter contre les nuisibles. Si votre pied mère renferme des insectes ou des champignons, vous les retrouverez sur vos boutures : soyez très prudent. Le pied mère doit être exempt de tout nuisible avant de bouturer.

Pour lutter contre les insectes ravageurs, nous vous recommandons l’utilisation de produits organiques de type PIREProt. Cet insecticide à base d’extrait de chrysanthème repousse la plupart des insectes. L’autre nuisible le plus répandu chez les pieds mères est l’oïdium. Pour lutter contre ce champignon, vous pouvez utiliser un autre produit organique de type OIDIOProt.

Quel substrat pour vos boutures

Il existe différents types de substrats adaptés aux boutures, chacun avec ses avantages et ses inconvénients. Voici les 3 les plus répandus :

  • Les jiffys.Les jiffys sont très fiables et donnent de bons résultats. Ils sont organiques, à base de tourbe ou de coco. C’est pourquoi il est possible d’y ajouter des microorganismes bénéfiques (par exemple, du Piranha en poudre) lorsque vous les hydratez. Côté inconvénient, ils sont relativement lents à s’hydrater. Une fois la bouture installée, égouttez le surplus d’eau en pressant le jiffy dans votre main.
  • La laine de roche Ce substrat a la particularité d’être inerte, ce qui permet d’avoir un contrôle parfait sur la nutrition des boutures. Les cubes de laine de roche occupent très peu d’espace et permettent de placer de nombreuses boutures dans un même plateau ou propagateur. L’inconvénient de la laine de roche est son pH relativement élevé. Pour l’équilibrer, plongez-la dans de l’eau à 4,5 de pH pendant environ deux heures.
  • La terre Certains cultivateurs préfèrent planter leurs boutures directement dans un petit pot de terre, pour s’éviter d’avoir à les repiquer par la suite. La terre agit comme tampon face à d’éventuelles variations de pH ou d’électro-conductivité : c’est donc un milieu sûr. Planter en terre demande toutefois plus de travail, car il faut remplir les pots.
Boutures de cannabis enracinées
Boutures de cannabis enracinées

Comment prélever vos boutures

Une fois le substrat choisi, l’heure est venue de bouturer. Si vous prélevez des boutures de plusieurs variétés, séparez-les dans des serres ou des plateaux distincts pour éviter de les mélanger. Tâchez de laisser passer au moins trois semaines avant de prélever de nouvelles boutures sur un même pied mère. Après la taille, arrosez avec un engrais de croissance pour favoriser l’apparition de nouvelles pousses.

Pour qu’une pousse ait des chances de se transformer en bouture, elle doit répondre à un certain nombre de critères (forme, taille, etc.). Avant de couper, vérifiez donc 2/3 choses :

  • La partie aérienne de la bouture doit comporter au moins deux nœuds. Ces nœuds se transformeront en nouvelles pousses une fois que la bouture aura pris racinee.
  • Lapartie souterraine doit comporter au moins un nœud, duquel partiront les premières racines. Des racines peuvent naître directement d’une entaille pratiquée dans la tige, mais en laissant un nœud sous terre vous augmentez les chances d’enracinement.

L’idée est de ne couper que les pointes des branches, d’une bonne taille et affichant une quantité de nœuds acceptable. Les tiges les plus endurcies ne conviennent pas, car il leur est plus difficile de prendre racine. La taille s’effectue en dessous d’un nœud, au plus proche de celui-ci. Tailler à un angle de 45º permet d’accroître les chances d’enracinement.

La surface foliaire d’une bouture (là par où elle transpire et perd de l’eau) est généralement trop importante pour lui permettre de rester hydratée, sachant qu’elle n’a pas de racines pour s’alimenter en eau. Pour éviter qu’elle ne se dessèche, retirez-en les feuilles les plus petites, et coupez les plus grandes de moitié.

Une fois les boutures prélevées (que l’on aura pris soin de placer dans un verre d’eau distillée pour les maintenir hydratées), le moment est venu de leur administrer des hormones d’enracinement. Des doutes quant à l’utilisation des hormones d’enracinement ? Consultez notre article Comment utiliser les hormones d’enracinement.

Comment conserver vos boutures

  1. Température et humidité

Pour accélérer l’enracinement, l’humidité de l’air doit être maintenue à un niveau très élevé, et le substrat doit rester un peu sec (mais pas trop). Les serres et les propagateurs permettent de créer ces conditions. En dotant votre installation d’un thermo-hygromètre, vous serez en mesure de réguler les ouvertures de la serre pour ajuster l’humidité relative au niveau souhaité.

Serre pour les boutures de cannabis

Dans les jours suivant le bouturage, l’idéal est de maintenir la température entre 18 et 24°C et l’humidité relative à 80 % minimum. Pour accroître l’humidité à l’intérieur de la serre, pulvérisez-y de l’eau osmosée.
Les premières racines devraient apparaître après une dizaine de jours, et les boutures devraient être prêtes à être repiquées après deux à trois semaines. Au bout de trois semaines, les boutures n’ayant toujours pas pris racine peuvent être écartées. Dès les premiers jours, il est facile de déterminer à l’aspect d’une bouture si elle est hydratée.

Au bout de dix jours, les premières racines sortiront et en deux ou trois semaines la bouture sera prête de transplanter. Les boutures qui n’ont pas tiré racine en trois semaines déjà peuvent écarter. Il est facile de voir depuis les premiers jours si la bouture est hydratée, puisqu’elle montrera un aspect turgescent.

  1. Arrosage

Dès l’apparition des premières racines, renforcez un peu l’aération de la serre et commencez à arroser le substrat qui avait été maintenu relativement sec jusqu’à présent.

Pour doper le développement racinaire, vous pouvez ajouter un stimulant à l’eau d’arrosage – le complexe racinaire Hesi ou Root Juice de Biobizz, par exemple. Ces deux produits contiennent des vitamines et des hormones favorisant la formation de nouvelles racines.
Après le repiquage, continuez d’arroser les boutures avec de l’eau additionnée de stimulant racinaire afin que leur masse racinaire emplisse le petit pot.
Les cultivateurs débutants ont tendance à trop arroser les plateaux contenant les jiffys/les cubes de laine de roche, ce qui favorise l’apparition de champignons pathogènes et le pourrissement du col de la racine. C’est l’inverse qu’il faut faire : pour des boutures réussies, la partie aérienne de la plante doit rester humide, et le substrat un peu sec.

  1. Lumière

Les boutures peuvent être placées sous le même éclairage que le pied mère. La photopériode adéquate pour l’enracinement est de 18 heures de lumière par jour. L’éclairage doit être indirect les premiers jours jusqu’à l’apparition des premières racines. Une fois enracinées, les boutures peuvent être éclairées avec une lumière froide plus puissante, comme celle du kit propagateur 4 x 55 W sous lequel tiennent deux grandes serres.

Culture de boutures de culture de cannabis

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous au prochain article pour plus de conseils ! Comme d’habitude, nous vous invitons à nous faire part de vos questions et commentaires. Un membre de l’équipe Cactus Martorell y répondra aussi rapidement que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo