S’occuper d’une plantation de cannabis

Dans cet article, nous allons vous expliquer les techniques de base pour cultiver vos plantes d’extérieur avec succès. Grâce à la douceur du climat espagnol, cultiver du cannabis dans son jardin/potager n’a rien de compliqué. Revoir quelques concepts permettant d’en optimiser le résultat peut toutefois s’avérer utile.

Plantation de cannabis en floraison
Culture de cannabis en extérieur

Les soins à apporter à vos plantes s’organisent en cinq grandes catégories : le substrat, l’arrosage, la taille, l’engraissage et les traitements phytosanitaires.

1.Le substrat

Une fois choisis la bouture/la graine à planter et le mode de culture (sol ou pot), le moment est venu d’opter pour un substrat. Pour faire simple, il existe trois types de substrats adaptés à la culture d’extérieur :

  • le terreau sans engrais.
  • le terreau avec engrais.
  • la fibre de coco et ses dérivés.

Le choix d’un bon substrat est capital lorsque l’on cultive en pot, car les racines disposent d’un volume limité pour se développer : si les conditions ne sont pas optimales, la plante produira peu.

Le substrat doit avant tout être léger et bien aéré, afin que les racines respirent et retiennent correctement l’eau. Les terreaux professionnels sont les mieux adaptés aux besoins des cultivateurs, car ils permettent à la fois une bonne aération et une bonne rétention de l’eau et des nutriments.

Plutôt que d’acheter n’importe quel sac de terreau dans le premier bazar venu, il est donc préférable d’y mettre le prix. C’est de votre plante préférée qu’il s’agit ! Souvent mal désinfectés, les terreaux d’origine douteuse ou aux marques peu professionnelles sont propices à l’apparition de nuisibles de type sciarides (moucherons du terreau).

Pour la culture de cannabis ou autres espèces horticoles, nous préférons les substrats avec engrais, car ils permettent de repousser l’apparition de carences jusqu’à un stade avancé du cycle de la plante. Après avoir essayé de nombreuses marques, nous conseillons systématiquement à nos clients des substrats de qualité supérieure (comme le All Mix de Biobizz, qui a l’avantage d’être certifié bio).

2.L’arrosage

La qualité de l’eau d’arrosage est au moins aussi importante que celle du substrat. Il est donc conseillé de vous renseigner sur la composition de l’eau qui vous servira à arroser.

L’électro-conductivité et le pH sont les deux valeurs de base à connaître. Elles permettent de se faire une idée de la quantité de calcium et de magnésium présente dans l’eau d’arrosage, et d’adapter votre planning d’engraissage en conséquence.

PH-mètre en continu

Pour l’arrosage du cannabis, la valeur de pH optimale se situe entre 5,8 et 6,3. Elle est facilement mesurable à l’aide d’un pH-mètre électronique ou d’un test pH sous forme de gouttes. En général, le pH de l’eau du robinet est supérieur à 7, et l’ajout d’une solution acide ou d’un régulateur de pH (pH Down) est nécessaire pour l’ajuster aux valeurs recommandées.

L’électro-conductivité nous renseigne sur la quantité de sels dissoute dans l’eau d’arrosage ; en général il s’agit surtout de calcium, et de magnésium dans une moindre mesure.

Lorsque l’on cultive en sol, ajuster l’EC est moins important : la terre a tendance à amortir les excès de nutriments. En pot, ce paramètre doit être surveillé de près pour éviter l’accumulation de sels à la racine, car cela entraînerait une perte de croissance et de rendement.

Pour connaître la quantité d’eau dont a besoin la plante, il suffit de l’observer. Lorsqu’une plante a soif, ses feuilles/ses branches pointent vers le bas et elle offre un aspect flétri. À l’inverse, une plante bien arrosée présente un aspect ferme. Ses feuilles sont généralement pointées vers le haut, prêtes à capter autant de lumière que possible. Pour simplifier, voici quelques généralités concernant l’arrosage :

  • Les grandes plantes ont besoin de plus d’eau
  • Plus il fait chaud et plus il y a de vent, plus il faut arroser
  • En floraison, il convenient d’arroser davantage qu’en phase croissance
  • Les variétés sativa consomment plus d’eau que les Indica.

Plantes d'extérieur bien cultivé

3.La taille

Tailler ses plantes est d’autant plus important lorsqu’elles ne peuvent être protégées contre le vol. On n’est jamais trop discret, et une bonne taille peut permettre de s’éviter de mauvaises surprises à l’approche de la récolte.

Les grandes plantes attirent beaucoup l’attention, c’est pourquoi il est conseillé de tailler les pointes de vos protégées dès les premières semaines de croissance afin de favoriser un développement en forme d’arbuste, plus arrondi que pyramidal. Pour tailler, munissez-vous d’ustensiles adaptés comme les ciseaux Bonkut.

Les variétés indica réagissent moins bien à la taille que les hybrides et les sativa. Certains cultivateurs suppriment également les branches les plus basses pour favoriser la floraison des branches supérieures. De cette manière, ils obtiennent un développement plus uniforme et évitent de se retrouver avec une grosse tête centrale et de misérables petites têtes sur les branches inférieures.

4.L’engraissage

En extérieur, l’engraissage des plantes de cannabis dépend surtout du type de substrat et du volume disponible. Avec les terreaux pré-fertilisés, il est parfois inutile de rajouter de l’engrais avant la phase de floraison.

En pot, la plante commence généralement à montrer des signes de carence lorsque le volume de sa partie aérienne excède celui de sa masse racinaire. Dans tous les cas, il est toujours préférable de mettre un peu moins d’engrais que la dose prescrite par le fabricant : il est plus facile de corriger une carence en nutriments qu’un excès.

La plupart des engrais pour cannabis utilisés en intérieur peuvent être utilisés en extérieur, il suffit d’ajuster la dose en se référant aux instructions du fabricant (s’il n’y en a pas ou qu’elles ne sont pas suffisamment claires, demandez-nous !)

On recommande des gammes d’engrais de haute qualité comme Grotek ou Biocanna, qui donnent des résultats excellents et sont faciles à utiliser. Solotek Grow et Solotek Bloom de Grotek nous plaisent particulièrement, parce qu’ils permettent d’intercaler des arrosages avec l’engrais (une fois par semaine) et arrosages seulement avec de l’eau, en faisant la culture d’extérieur plus simple.

Plantation d'un verger de la marijuana

5.Les traitements phytosanitaires

Les maladies et les insectes ravageurs qui s’en prennent aux plantes d’extérieur sont un vrai casse-tête pour nombre de cultivateurs. Les nuisibles les plus répandus en Espagne sont les suivants :

  • Thrips. Petits insectes volants qui s’attaquent aux plantes en fleur. Plus fréquent en intérieur qu’en extérieur.
  • Mouche blanche. Il en existe différentes espèces, mais, comme leur nom l’indique, toutes sont plus ou moins de la taille d’une mouche et de couleur blanchâtre.
  • Pucerons. Insectes de la famille des aphidés, dont l’infestation est parfois détectable à la présence de fourmis aux abords des plantes.
  • Araignée rouges. Il ne s’agit pas d’insectes, mais d’acariens dont la population peut croître de manière explosive, recouvrant alors la plante de toiles d’araignée en quelques jours seulement.
  • Chenilles. Il s’agit de la forme larvaire de certaines espèces de papillons de nuit, qui s’en prennent aussi à d’autres espèces comme la tomate et le maïs.
  • Champignons. Les plus fréquents sont l’oïdium et le botrytis. Leur apparition est favorisée par la pluie.

Il existe de nombreux produits et traitements phytosanitaires pour protéger vos cultures d’extérieur contre ces nuisibles. Nous préconisons de traiter vos plantes de manière préventive, à l’aide de produits peu agressifs – si possible d’origine organique.

PROT-ECO propose l’une de nos gammes de produits préférées. Ses différents extraits organiques aident à prévenir les infestations en tous genres. Le fongicide OIDIOProt est particulièrement utile : appliqué dès les premiers symptômes d’une attaque d’oïdium, il nous a permis d’éviter l’utilisation de fongicides chimiques.

En plus d’être peu sélectifs, ce n’est pas un secret que les traitements chimiques de lutte contre les nuisibles sont nocifs à long terme. Mieux vaut donc traiter de manière préventive à l’aide de produits organiques.

Si vous hésitez quant à la variété à cultiver, consultez notre Guide de sélection des variétés de cannabis.

En suivant ces quelques conseils, il vous sera facile d’obtenir une belle récolte d’extérieur, de qualité et exempte de contamination. En cas de doute, n’hésitez pas à nous laisser un message à la fin de cet article. Un conseiller de l’équipe Cactus Martorell y répondra dès que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo