25 conseils indispensables pour cultiver du cannabis en extérieur

 

La culture extérieure de cannabis a pour spécificité de dépendre des conditions imposées par Mère Nature. Le problème nº 1 des cannabiculteurs d’extérieur sont les ravageurs et les maladies, capables de dévaster une bonne partie de la récolte. Avant de vous mettre à cultiver à tout-va, prenez le temps de lire ces quelques lignes : cela vous évitera de commettre les erreurs de débutant les plus courantes et de gâcher vos précieux euros !

culture en extérieure

  1. Informez-vous. Il existe quantité de livres, de blogs de culture, de forums de cultivateurs et autres outils spécialisés dans la culture extérieure de cannabis. Avant d’investir dans du matériel de culture, le mieux est d’apprendre des spécialistes.
  2. Privilégiez la sécurité. Évitez de planter à la vue de tous. Il serait dommage que des voleurs s’emparent de votre récolte par manque de discrétion.
  3. N’ayez pas la langue trop pendue. Inutile de faire étalage de vos activités de cannabiculteur : réservez vos confidences aux amis de confiance. Moins il y aura de personnes au courant, moins vous aurez de problèmes.conseils culture extérieure
  4. Choisissez la variété qui vous correspond. C’est indispensable pour obtenir une bonne récolte. Une bonne variété est une variété produisant de la bonne herbe, tout en étant adaptée à votre niveau de connaissances en tant que cultivateur. Pour vous aider, consultez notre guide de sélection des variétés de cannabis.
  5. Choisissez votre substrat de culture. Êtes-vous sûr(e) de la qualité de la terre dont vous disposez pour cultiver ? Si la réponse est NON, mieux vaut investir dans un bon substrat pour mettre toutes les chances de votre côté.
  6. Choisissez un bon engrais. Si vous manquez d’expérience, nous vous conseillons d’opter pour des engrais organiques : ils sont plus doux et le risque de surengraisser vos plantes (une des erreurs les plus courantes chez les cultivateurs débutants) est plus faible.
  7. Ne plantez pas trop tôt. Surtout si vous cultivez à partir de boutures. Dans la plupart des régions de la péninsule ibérique, il n’y a pas assez d’heures d’ensoleillement quotidiennes avant le mois de juin pour permettre aux plantes de passer en phase végétative. Si vous plantez trop tôt, vos pieds pourraient commencer à fleurir, ce qui n’est pas souhaitable.
  8. Choisissez un endroit bien ensoleillé. Les plantes ont besoin de la lumière du soleil pour effectuer la photosynthèse et se développer. L’endroit de votre choix doit recevoir au moins 5 heures de soleil direct par jour.
  9. Arrosez avec de l’eau de qualité. Avant de commencer à planter, renseignez-vous sur la qualité de votre eau. Dans certaines régions, l’eau de ville est de qualité insuffisante pour permettre une bonne croissance du cannabis. Dans ce cas, nous vous conseillons d’acheter de l’eau en bouteille ou d’investir dans un appareil à osmose inverse (selon la taille de votre installation).
  10. Ajustez le pH de votre solution d’arrosage. Surveiller le niveau d’acidité de votre mélange eau + nutriments est essentiel pour un bon développement de vos plantes de cannabis. Le plus souvent, l’ajout d’un abaisseur de pHest nécessaire pour maintenir le niveau de pH entre 5,8 et 6,3. Pensez à vous équiper d’un pH-mètre.cannabis en extérieur
  11. Mesurez l’électroconductivité de votre eau. La mesure de l’électroconductivité (EC) permet de contrôler la concentration en sels de votre eau. L’excès d’engrais se traduit par un ralentissement de la croissance, et le manque d’engrais par l’apparition de carences.
  12. Arrosez à la juste quantité. Tant l’excès que le manque d’eau sont néfastes aux plantes. Nous vous conseillons la lecture de notre post de blog sur le sujet : Comment arroser vos plants de cannabis.
  13. Taillez vos plantes. La culture d’extérieur permet obtenir des têtes de bon calibre sur la partie supérieure de la plante, et de qualité moindre sur les branches inférieures. Bien tailler vos plantes permet d’optimiser le volume et la qualité de la récolte. Pensez à vous équiper de ciseaux de précision.
  14. Contrôlez la hauteur de vos plantes. Les plantes de grande taille attirent l’œil. Mieux vaut cultiver plusieurs plantes de taille moyenne qu’un ou deux « monstres » de trois mètres de haut, détectables à des kilomètres à la ronde.
  15. Méfiez-vous de la mouche blanche. C’est durant les mois d’été que ce petit insecte volant pose généralement problème. Ses piqûres favorisent la transmission de virus et réduisent la surface de la feuille capable de capter la lumière du soleil. Installez des pièges adhésifs pour éviter la prolifération de ce ravageur.conseils culture extérieure 4
  16. Protégez-vous contre les thrips. Il s’agit d’une espèce difficile à combattre en extérieur, en raison de sa petite taille et de sa capacité à s’alimenter de nombreuses autres plantes. Une bonne façon d’en maîtriser la prolifération est de combiner l’application de savon potassique et d’insecticide NeemAzal de Trabe.
  17. Prenez garde à l’araignée rouge. L’araignée rouge peut se reproduire à un rythme effréné lorsque les conditions propices sont réunies (températures élevées et faible humidité), notamment aux mois de juin et d’août. Ces acariens recouvrent les fleurs d’une toile d’araignée, ravageant ainsi la récolte.
  18. Attention à l’oïdium. Ce champignon se déclare habituellement lorsque les nuits commencent à fraîchir. Nous vous recommandons de lire notre article de blog consacré au sujet : Comment lutter contre l’oïdium.
  19. Gare aux chenilles. Il s’agit sans hésitation du pire ravageur s’attaquant aux cultures d’extérieur. Cet insecte peut provoquer des blessures susceptibles d’attirer d’autres nuisibles. Voici un article de blog destiné à vous aider à lutter contre les chenilles.
  20. Rincez les racines de vos plantes. Vos plantes ont besoin d’éliminer les éventuels excès de sels accumulés dans le substrat, surtout si vous avez opté pour des engrais minéraux. Il existe de nombreux produits de rinçage dans le commerce, qui entraînent un jaunissement de la plante : c’est le premier signe de racines bien rincées. Le Canna Flush et le PowerZyme d’Hesi sont deux bonnes options.
  21. Coupez au bon moment. Le choix du moment de la récolte ne peut être laissé au hasard. Le laps de temps pendant lequel la récolte peut se faire est très bref. Avant, votre herbe sera peu psychoactive ; après, elle perdra de ses propriétés organoleptiques. conseils culture extérieure 5
  22. Séchez bien vos plantes. La phase de séchage est aussi importante que la phase de culture. Nous vous conseillons de lire notre article de blog consacré au sujet : Comment faire sécher votre cannabis. La phase d’affinage est tout aussi cruciale : il faut au moins un mois de curing à l’herbe pour révéler sa vraie nature.
  23. Mettez vos excédents de récolte à profit. Nous vous recommandons de couper les fleurs les plus grosses et les mieux formées, et de réserver toute la partie inférieure de la plante à l’extraction de résine. Ça vous évitera de perdre du temps à tailler une matière première de basse qualité, et vous en obtiendrez un ice-o-lator d’exception.
  24. Prenez le temps d’affiner votre herbe. Ne vous précipitez pas pour la fumer. Plus vous laisserez votre herbe affiner après le séchage, meilleure elle sera. Ce n’est pas avant deux moins d’affinage que l’herbe exprime toutes ses nuances aromatiques.
  25. Profitez !! N’oubliez pas que l’autoproduction est un hobby. Plus vous y mettrez d’énergie positive, plus le résultat sera bon. Inutile d’y passer vos journées. Consacrez-y le temps qu’il faut, et pour le reste laissez faire la nature !

C’est tout pour aujourd’hui, rendez-vous au prochain article ! Nous vous y livrerons de nouveaux conseils. Comme d’habitude, nous vous invitons à nous faire part de vos questions et commentaires. Le bonjour de l’équipe Cactus ! À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo