Comment élaborer votre propre huile ou teinture de cannabis en 10 étapes

L’huile de cannabis ou QWISO (Quick Wash Isopropilic) fait partie des extractions de résine les plus traditionnelles. Ses partisans restent nombreux, malgré l’apparition de méthodes d’extraction ultra sophistiquées comme le BHO. Dans cet article, nous allons vous détailler la marche à suivre pour obtenir une huile de cannabis de qualité supérieure.

Extraction QWISO expulsant des bulles d'alcool sous l'effet de la chaleur
Extraction QWISO expulsant des bulles d’alcool sous l’effet de la chaleur

Avant toute chose, rappelons que la différence entre l’huile et la teinture de cannabis réside essentiellement dans la quantité de solvant que contiennent ces deux produits. Contrairement à la teinture de cannabis, une bonne huile ne contient que très peu d’alcool.

La teinture de cannabis s’applique au compte-gouttes, dans de la nourriture ou une infusion par exemple ; l’huile s’enduit sur un joint ou une cigarette, ce qui la rend plus pratique à consommer que la wax ou le shatter – ce qui explique peut-être pourquoi elle reste l’une des extractions favorites des fumeurs à l’ancienne.

Pour élaborer une huile ou une teinture de cannabis de qualité, munissez-vous d’une bonne quantité de restes de matière végétale. Plus la matière de départ sera bonne, meilleur en sera le résultat.

Nous avons pour habitude de conseiller à nos clients de réaliser leurs extractions à partir de têtes. Le cas échéant, il est également possible de le faire à partir de feuilles de manucure (comme dans l’exemple développé ici).

comment faire de l'huile de cannabis
Extraction d’huile de cannabis en train de purger au bain-marie

En plus de la matière végétale, il vous faudra de l’alcool d’une grande pureté, de type isopropanol ou éthanol pour usage alimentaire. Vous en trouverez facilement : de nombreuses drogueries en vendent en ligne.

Munissez-vous également d’un certain nombre de bocaux en verre, passoires, filtres et plateaux d’évaporation pour éliminer les solvants une fois l’extraction terminée.

Pour une huile réussie, le plus important est de parvenir à extraire les principes actifs de la plante en détachant le moins possible de chlorophylle. Voici comment procéder étape par étape :

huile marijuana
Matière végétale prête à être recouverte d’alcool
  1. Préparer la matière végétale. Faites le tri. Débarrassez-vous des grandes feuilles pauvres en principes actifs, et de la matière végétale infectée par les champignons. Bien que l’alcool ait des propriétés désinfectantes, nous vous déconseillons d’utiliser de la matière infectée. Le résultat final de votre extraction risquerait d’avoir un drôle de goût, et une efficacité thérapeutique limitée. Dans la mesure du possible, évitez d’utiliser vos excédents de récolte touchés par le botrytis.
  2. Mettre la matière végétale triée au congélateur pendant au moins 24 heures. Plus le matériau de départ sera froid, plus il vous sera facile d’en extraire la précieuse résine, riche en cannabinoïdes et terpènes. De plus, le froid empêche la chlorophylle de se dissoudre.
  3. Congeler l’isopropanol/l’éthanol. Cette étape a également pour objet de faciliter l’extraction de la résine et d’éviter que la chlorophylle ne teinte le produit en se dissolvant. Souvenez-vous : en matière d’extraction, le froid est votre meilleur allié.
  4. Verser le solvant dans le premier récipient en recouvrant entièrement la matière végétale. Pour une extraction réussie, il convient de recouvrir toute la matière végétale pendant une minute – pas plus, vous risqueriez d’endommager le produit.
  5. À l’issue de ce délai, bien remuer et passer au prochain récipient. L’idée est d’utiliser le même alcool tout au long du processus, afin qu’il s’imprègne de toujours plus de principes actifs.teinture cannabis
  6. Répéter la 5e étape jusqu’au dernier récipient. Plus vous utiliserez de bocaux, plus votre alcool s’imprégnera. Si vous avez le sentiment qu’il sature, reprenez le processus à l’étape 4 avec de l’alcool propre.
  7. Préfiltrer l’alcool à l’aide d’une passoire, en le versant dans un dernier récipient. Vous pouvez utiliser une passoire en métal, en veillant à faire vite pour ne pas détacher la chlorophylle.
  8. Filtrer l’alcool imprégné d’huile de cannabis dans le plateau d’évaporation à travers un ou deux filtres à café. Une fois que vous aurez recueilli l’alcool du dernier récipient, passez au filtrage. Armez-vous d’une bonne dose de patience !
  9. Évaporer l’alcool au bain-marie. Plus le processus sera lent, plus l’huile sera goûteuse et parfumée. Important : ne mettez jamais le plateau au contact direct de la chaleur. L’huile perdrait de ses propriétés organoleptiques, et s’obscurcirait. Si vous cherchez à obtenir de la teinture de cannabis, il suffit de procéder à une évaporation partielle du produit, jusqu’à obtention d’un extrait liquide.
  10. Recueillir l’huile de cannabis sur du papier cuisson, et la conserver à basse température. Ce type de papier ne colle pas, ce qui permet de travailler l’huile. Il est conseillé de ranger l’huile dans un tupper au frigidaire afin d’en préserver les propriétés.

Pour consommer ce type d’huile, la méthode la plus répandue consiste à l’appliquer sur un joint ou une cigarette à l’aide d’un petit bâton ou d’un morceau de métal. Vous trouverez également des vaporisateurs avec coussinets spéciaux pour huile de cannabis et autres extractions de résine sur notre boutique en ligne.

Comme d’habitude, nous vous invitons à participer à notre guide de culture Cactus Martorell en nous faisant part de vos questions et commentaires ci-dessous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo